La Résurrection des Dieux



 
 
 
 
 
 
 

"Les Dieux ? Morts ?
En êtes vous si sur, cher Monsieur ? "

L'homme, la trentaine agréable, un peu myope, était d'une politesse suave. Ce qui ne l'empêchait pas, du dos de la main, longue, fine, une main de pianiste, de caresser légèrement mon genou ou de jouer du bout des doigts avec l'ourlet de ma jupe.

Une journée déprimante, une dispute le soir en rentrant m'avait donné l'envie de respirer ailleurs, de quitter quelques moments le masque de ma vie sociale, mon déguisement de mortelle. Et cela m'avait entraînée vers ce pub irlandais. Enfin, irlandais ....

Je m'étais assise au comptoir, perchée sur un tabouret pseudo-rustique, celtico-rustique ... enfin en bois, et haut, un tabouret de bar irlandais. Un tabouret qui m'exposait à la clientèle masculine du soir.
Le pur malt que j'avais commandé m'avait brûlée, peut être autant que les regards.
Mais j'avais laissé l'homme s'approcher, s'installer, demander la même chose au serveur, un malt de Sky.
Debout, près de moi, le souffle chaud pimenté d'alcool, il chassait. Et il savait que je le savais.
Quant à moi... Non je ne chassais pas... Enfin je ne le crois pas.
La conversation avait roulé, tangué. D'un rivage à l'autre. Pour s'ancrer là.
Comment dans un bar quelconque, un inconnu avait-il pu barrer la conversation vers les Dieux antiques ? Et avec moi ?
O Clotho, O Lachesis, mes cousines, quel fil, de quel mortel, avez-vous choisi pour l'enrouler sur mon fuseau ?

"Les Dieux ? Morts ?
N'est-ce pas un mythe parvenu jusqu'à vous ?
Un simple conte, une fable que se racontent les hommes pour se rassurer ?
Mais il se fait tard. Et je dois partir"
Je me levai, laissai l'homme payer les consommations.

"M'accorderez-vous un prénom, Madame ? Juste un prénom. Afin d'en conserver le souvenir"

Je me retournai. Lentement. Abaissai mes lunettes sombres. Un peu seulement.
L'enveloppai du regard...

"Je suis fille de Phorcys et de Céto, petite fille de Poséidon.
Je suis Euryale ... "
 


 
 
 
 

 


 
 
Euryale